L’industrie du packaging : éco-responsabilité, innovation et consolidation

La force d’un réseau international comme M&A Worldwide – dont MBA Capital est membre fondateur – c’est de pouvoir disposer d’expertises issues de tous les continents sur des secteurs d’activité variés afin de faire jouer les synergies et de démultiplier la valeur du conseil client. Ce mois-ci, c’est le cabinet hollandais Aeternus qui publie un rapport sur l’industrie du packaging, en pleine vague de consolidation.

 

L’industrie de l’emballage, des constantes et des disparités

L’industrie de l’emballage est en mouvement face à plusieurs phénomènes structurants : prise de conscience environnementale et impact sur la durabilité des produits, augmentation de la taille critique, surcapacités persistantes, robotisation accrue, autant de facteurs-clés à l’œuvre pour les prochaines années sur ce marché dynamique. Des mouvements de consolidation sont d’ores et déjà en cours, en partie motivés par la recherche d’économies d’échelle.

Le marché mondial du packaging est en croissance régulière depuis quelques années et représente 906 milliards de dollars en 2018, soit 120 dollars par personne par an. Cette tendance va se poursuivre, avec d’une part l’augmentation du pouvoir d’achat dans les pays émergents, et d’autre part l’essor de 15% par an du e-commerce, fort consommateur d’emballages, dans les pays développés, qui restent les principaux utilisateurs.

En France, le marché de l’emballage se compose des segments suivants :

  • Emballages plastiques (rigides et souples) : la loi EGALIM d’octobre 2018 et la directive européenne Single Use Plastics, dont les dispositions phares doivent entrer en vigueur respectivement en 2020 et 2021 aura une forte influence sur le marché de l’emballage plastique car elle vise à interdire certaines boîtes, sauf celles compostables ou constituées de matières biosourcées. De manière générale, la contrainte réglementaire se durcit en France comme en Europe. Le chiffre d’affaires des fabricants d’emballages plastiques devrait croître de 2% en 2019* ;
  • Sacs en papier : même si le nouveau souffle espéré suite à l’interdiction des sacs en plastique n’a pas eu lieu, une croissance du CA est attendue en 2019 portée par les rayons vrac du commerce de détail, l’essor du drive et de la livraison à domicile et par l’industrie des matériaux de construction. Des innovations technologiques augmentant les qualités du papier pourraient en outre conduire à de nouvelles perspectives ;
  • Cartons : l’industrie est en panne de croissance face à la morosité de l’industrie agroalimentaire. Seuls les cartons ondulés résistent, grâce au boum du e-commerce.

*Source : Xerfi

 

mba-capital-aeternus-packaging

 

Les fusions-acquisitions, un levier de développement pour les principaux acteurs du packaging 

Au niveau mondial, 2018 est une année record dans le secteur de l’emballage avec 50% d’acquisitions de plus qu’en 2016 et en 2017. L’année 2019 devrait être aussi riche, voire plus, en rachats d’entreprises dans ce domaine d’activité.

Qu’est-ce qui motive les opérations de consolidation dans le secteur ?

  • La surcapacité, les développements techniques et la recherche des économies d’échelle poussent les entreprises à trouver des moyens de remplir leurs chaînes de production, de plus en plus efficaces et rapides ;
  • L’acquisition d’une entreprise du secteur disposant de ses propres débouchés peut offrir une solution directe à cette problématique de capacité et, en même temps, constituer un excellent moyen d’accéder à de nouveaux marchés ;
  • Les petites entreprises ayant souvent des budgets d’investissement limités ont des difficultés à suivre les progrès technologiques nécessaires dans cette activité ;
  • Les groupes plus importants, même s’ils ont les ressources pour assurer leur développement, accélèrent leur croissance en réalisant des acquisitions.

En Europe, les principaux acquéreurs dans le secteur de l’emballage sont les groupes anglais BUNZL et RPC, avec respectivement 16 et 10 acquisitions sur la période 2016-2018. Citons également DS SMITH (Royaume Uni), HUHTAMAKI (Finlande), CCL INDUSTRIES (Canada), P VAN DE VELDE (Belgique), SAICA (Espagne) et SMURFIT KAPPA (Irlande). De nombreuses cibles de ces groupes se trouvent en Hollande, où 30% des opérations ont impliqué une contrepartie internationale.

 

Exemple néerlandais d’un rachat de société d’emballages par P Van de Velde Group

Le cabinet néerlandais Aeternus a accompagné et conseillé Ron van Gog, l’actionnaire-dirigeant de Wesley Printing & Packaging, une entreprise de taille moyenne basée à Maastricht, dans sa cession au groupe belge P van de Velde. Ron van Gog a tout d’abord recherché à réaliser une transmission familiale, mais en l’absence d’une telle perspective, il s’est résolu à adosser sa société à un groupe et le choix de P van de Velde Group s’est imposé comme l’option stratégique la plus judicieuse pour assurer la pérennité de l’activité en permettant également des économies d’échelle. Les équipes étant à l’aise avec ce partenaire, cette opération est vite devenue une source d’opportunités pour cet acteur du carton. Grâce à cette cession, une grande variété de compétences dans le domaine de l’emballage s’est retrouvée sous un même toit et l’entreprise a pu disposer d’une meilleure couverture géographique.

Un an après l’opération, le cédant Ron van Gog continue à travailler dans l’entreprise à un niveau décisionnaire et a trouvé sa nouvelle place. Faisant partie du board du groupe P van de Velde, il participe aux discussions stratégiques sur les projets d’investissements, l’organisation et la structuration des forces de vente. Car le marché est face à des enjeux cruciaux, environnementaux notamment. L’utilisation d’emballages en plastique est un véritable sujet de débats et la demande de cartons est sans doute une solution d’avenir dans certaines utilisations. L’innovation technique est donc essentielle. Dans l’industrie agroalimentaire, l’exposition des aliments à des substances chimiques présentes dans les emballages est également un vaste sujet. Pack Alim, une entreprise française rachetée par P van de Velde en 2018 est d’ailleurs pionnière dans la fabrication d’emballages alimentaires éco-conçus pour l’industrie agroalimentaire, et ne cesse de sortir des innovations brevetées. Notons que si les presses à imprimer qui servent dans l’industrie de l’emballage ont été améliorées en l’espace de peu de temps, le poinçonnage, processus qui vient juste ensuite, est actuellement à la traîne en termes d’innovation technologique. D’autres consolidations devraient donc intervenir afin que les acteurs du secteur augmentent leurs capacités en R&D.

Vous souhaitez en savoir plus ? Contactez votre interlocuteur privilégié MBA Capital.

 

Les opérations récentes accompagnées par MBA Capital dans ce secteur :

MBA Capital a conseillé LE SPECIALISTE DE L’EMBALLAGE dans sa démarche de croissance externe jusqu’à l’acquisition d’EMBALLAGE SERVICE.