Interview de Romain Olland sur la cession de son entreprise familiale de travaux de couverture

Romain Olland, ancien dirigeant d’une société familiale de travaux de couverture, cède son entreprise à un groupe familial lui aussi. Une cession qui s’appuie sur des bases solides et des valeurs partagées. Retour sur le parcours de Romain Olland.

Romain Olland

Quelle a été votre évolution ainsi que celle de l’entreprise Olland ?

La société m’a vu grandir et c’est ensuite à mon tour que j’ai activement participé à sa croissance. Dès l’âge de 14 ans, j’accompagnais mon père lors de travaux de couvertures, au sein de la société qui était une petite entreprise à l’époque. J’ai obtenu mon BEP administratif comptable à mes 18 ans et j’ai naturellement intégré la société en devenant couvreur. Plus tard j’ai passé mon CAP en candidat libre, possédant d’ores et déjà toutes les connaissances techniques nécessaires grâce à un apprentissage acquis sur le terrain depuis plusieurs années. Enfin, j’ai obtenu mon Brevet de maîtrise en finissant second de ma promotion. Par la suite, l’état de santé de mon père se dégradant, j’ai repris la société accompagné de mon épouse. C’est donc ensemble que nous avons pris la société en main, sans jamais prendre de congés dix ans durant. En une décennie, nous avons multiplié par 6 notre chiffre d’affaires. En termes d’effectif, nous étions initialement une équipe de 6 personnes. Au plus haut nous avons compté 25 collaborateurs, avant de nous stabiliser à 17.

Comment concevez-vous votre métier ?

Mon métier est synonyme de qualité. C’est selon moi un point primordial. Nous essayons sans relâche d’œuvrer au mieux en faisant primer la qualité de travail. Le « vite fait bien fait » n’a jamais été le leitmotiv de notre société, bien au contraire ! Par ailleurs, je souhaitais que la notoriété établie par mon père, cette image de professionnalisme et de qualité puissent perdurer, ainsi je devais faire aussi bien que lui, voire mieux ! C’est d’ailleurs notre notoriété qui nous a permis de réaliser des très beaux chantiers de rénovation comme des clochers ou des monuments historiques !

Après tant d’années et de projets, n’est-il pas difficile de céder l’entreprise ?

Même si Olland est une entreprise familiale, je désirais laisser à mes enfants la liberté de choisir de reprendre ou non la société. Finalement ils n’ont pas souhaité se lancer à leur tour dans la gestion d’une entreprise et se sont destinés à un tout autre avenir comme ostéopathe et orthophoniste. Ils ont été témoins tout au long de leur enfance à la fois du côté passionnant de notre métier, mais aussi de l’investissement personnel nécessaire. Pour ma part, j’ai 40 ans d’activité derrière moi et je commençais quelque peu à fatiguer, me levant chaque matin vers 5h afin d’être le premier à ouvrir la société et accueillir le personnel. D’un commun accord avec mon épouse, nous avons décidé qu’il était temps de passer la main, dans les meilleures conditions possibles et de trouver un acquéreur pour notre société.

Comment se sont passés les échanges avec MBA Capital ?

C’est en fait mon épouse qui était en relation directe avec MBA Capital, étant la chef comptable de notre société. Elle a ainsi été mise en contact avec Dominique Gozlan, qui nous avait été recommandé par notre expert-comptable. C’est toujours rassurant de se fier aux recommandations de gens avec lesquels on travaille en confiance. Les échanges avec Dominique Gozlan, professionnel très avenant et posé, se sont extrêmement bien déroulés. Il a su poser les bonnes questions et répondre à nos interrogations. Il voit juste et s’est illustré comme un excellent compagnon de vente.

Aviez-vous en tête des critères concernant le futur acquéreur ?

olland-couverture-bardage-batiment

Initialement nous n’avions pas réellement de critères en tête. Nous avons reçu plusieurs demandes émanant d’entreprises nationales qui cherchaient à s’introduire en Alsace et nous les avons consultées. Et là petit retournement de situation, puisque à peine un mois après que l’on ait pris la décision de céder la société et que Dominique Gozlan ait pris le dossier en charge, un ami et collègue a manifesté son intérêt. Il connaissait l’entreprise, nous réalisions même les gros chantiers depuis plus de vingt ans ensemble pour atteindre une taille critique et ainsi éviter que des acteurs nationaux ne s’installent. Autre point essentiel : mon ami Jean-Luc Wiedemann possède les mêmes qualifications que moi et partage les valeurs de sérieux et de professionnalisme auxquelles je suis profondément attaché. Je n’avais alors aucune raison de chercher plus loin ! Nous avons laissé MBA Capital négocier avec l’expert-comptable de la partie adverse. La cession s’est globalement bien passée, même si nous avons dû repousser la signature à 3 reprises, en partie à cause de la crise sanitaire.

 

Pour conclure, que retenez-vous de votre expérience avec MBA Capital ?

Je ne peux que recommander Dominique Gozlan à des amis qui auraient une société à vendre ! C’est un professionnel du métier, de bon conseil, sur lequel on peut compter et à qui l’on peut accorder toute sa confiance. Merci pour le déroulement de cette cession, on ne peut mieux faire selon moi ! Si certains recherchent à être accompagnés efficacement et en confiance, qu’ils n’hésitent à faire appel à l’équipe de MBA Mulhouse. Je les invite même à me contacter pour leur donner plus de détails et leur décrire objectivement toutes les qualités professionnelles et humaines de Dominique Gozlan, des qualités précieuses lorsque l’on doit gérer la cession de son entreprise !