La transmission d’une EPV, une opération délicate

Quelques jours après la cession de TAPISSIER SEIGNEUR, Entreprise du Patrimoine Vivant que MBA CAPITAL a conseillée, Arnaud SEIGNEUR revient pour nous sur cette opération.

Arnaud SEIGNEUR en compagnie de son prédécesseur à la tête de TAPISSIER SEIGNEUR, son père.

MBA CAPITAL : Arnaud, vous êtes la troisième génération à diriger cette maison, quel est l’ADN de votre entreprise ?

Arnaud SEIGNEUR : Le succès vient du respect du savoir-faire acquis au fil des années par des artisans fidèles et de la recherche de l’excellence dans l’exécution. Pour ceux qui apprécient l’art de vivre à la française dans leur intérieur, depuis 80 ans, du centre de Paris à Taiwan. Nous travaillons avec les meilleurs décorateurs du monde entier, aussi bien dans la restauration de sièges anciens que pour des meubles neufs.

 MBA CAPITAL : Que vous apporte le label d’Entreprise du Patrimoine Vivant (EPV) ?

 Arnaud SEIGNEUR : Ce label nous donne de la visibilité, nous aide à recruter et former les meilleurs artisans des métiers de la tapisserie. L’allègement de charges contribue au financement de cet investissement dans l’excellence. De plus, le label nous ouvre les portes de certains décorateurs et commandes publiques pour les monuments et les marchés du Mobilier National.

MBA CAPITAL : Pourquoi avez-vous décidé de céder l’entreprise familiale ? 

Arnaud SEIGNEUR : Lorsque je l’ai reprise à la suite de mon père, l’entreprise avait une belle clientèle française, essentiellement parisienne. Je me suis efforcé de constituer des collaborations avec des architectes d’intérieur et décorateurs renommés qui nous ont donné accès à des projets de plus grande envergure. Aujourd’hui, 80 % du chiffre d’affaires est réalisé à l’international via des cabinets de décoration qui assurent la relation globale entre les différents corps de métier et le client final. La société a maintenant besoin de se doter d’outils de gestion et de planification pour sécuriser son développement qui nécessitent d’autres compétences et ressources managériales. La rencontre avec un manager expérimenté de la filiale d’un groupe de luxe a eu lieu au bon moment pour conduire la maison vers une autre dimension.

MBA CAPITAL : Comment MBA CAPITAL vous a-t-il aidé dans cette opération ?

Arnaud SEIGNEUR : En discutant avec MBA CAPITAL, j’ai évalué différentes possibilités et j’ai pris conscience qu’il fallait mettre en oeuvre une solution garantissant la préservation de l’ADN de l’entreprise au-delà de la recherche du prix le plus élevé. D’autant que la société continue à porter mon nom et que j’entends bien poursuivre ma collaboration dans les domaines que je maîtrise le mieux. MBA CAPITAL nous a donc orientés vers une transmission de type MBI au détriment d’une cession industrielle, avec la mise en place d’un financement assuré par la BNP et BPI France. Je suis donc heureux de transmettre l’entreprise à Pascal HARDOUIN, un ancien dirigeant d’une filiale haute couture du groupe CHANEL.

MBA CAPITAL : Et maintenant ?

Arnaud SEIGNEUR : Je vais assurer aux côtés du repreneur la continuité des affaires en cours et le maintien de la confiance de nos partenaires décorateurs. Mais il n’y aura qu’un seul patron pour diriger la maison et lui donner une nouvelle dimension. Je pense qu’une antenne s’ouvrira à New York en 2016 et que je pourrai m’y consacrer.

image_auteur

Propos recueillis par Bernard Lechat
FININNOV / MBA CAPITAL – Paris